Somnifère, comment vivre l’enfer

somnifere morpheus

As-tu déjà souffert d’insomnie ? Moi oui, et je sais que c’est une situation qui peut être difficile voire désespérante. Dans mon cas, ça me contrariait énormément car j’étais persuadé que ça nuisait à mon activité sportive. A tord ou à raison ? Tu le sauras dans mon prochain article. Je me suis évidemment posé la question du somnifère et je vous dis ici pourquoi je n’ai pas voulu en utiliser.

Insomnie + médecin = somnifère ?

Je n’ai personnellement jamais voulu aller chez le docteur pour résoudre ce problème car selon moi, il y a deux cas de figure possibles. Première possibilité le médecin est contre le somnifère car il est conscient de la dangerosité de ces substances donc il donne des conseils de méditation ou relaxation sympathiques mais loin de valoir le prix d’une consultation. Seconde possibilité, il propose des somnifères, qui peuvent endommager ta santé et te rendre dépendant sans résoudre ton problème d’insomnie.

Cela dit, je répète que je ne suis jamais allé chez un docteur pour guérir mon insomnie, je t’ai juste confié les raisons pour lesquelles je ne l’ai pas fait.

Les propos que je vais tenir sont appuyés par le livre qui m’a permis de vaincre l’insomnie (rédigé en anglais). Il enseigne aussi comment se détacher des somnifères, sujet que je ne traiterai pas car je n’en ai jamais consommé.

D’ailleurs, à propos de ce que j’ai dit plus haut, les médecins sont peu formés à guérir l’insomnie (moins d’une heure de formation sur toutes leurs études médicales, du moins aux États-Unis).

Prescrire un somnifère est donc une solution simple et rapide. En plus de cela, les médecins sont confrontés à la pression de l’industrie pharmaceutique qui sponsorise des conférences scientifiques, font de la publicité dans les journaux médicaux, envoient des démarcheurs dans les bureaux des docteurs, leurs offrent des échantillons gratuits de médicaments et financent des études complétant parfois le salaire des docteurs. Après, il ne faut pas généraliser, il y a beaucoup de docteurs qui ont bien à l’esprit que les industriels font parfois passer l’argent avant la santé publique.

Pourquoi le somnifère ne fonctionne pas ?

Les somnifères ne guérissent pas l’insomnie, ils en font juste disparaître le symptôme car même s’ils peuvent permettre de dormir, aussitôt qu’on arrête d’en consommer, l’insomnie revient de plus belle. En bref les somnifères ne font rien de plus que glisser l’insomnie sous le tapis.

Mais il se trouve que la réalité est encore plus vicieuse car le cerveau s’habitue aux somnifères, ce qui fait que son efficacité diminue petit à petit et que par conséquent, on se retrouve toujours amené à en consommer davantage (phénomène d’accoutumance). Un cercle vicieux à nos propres frais.

Enfin, le somnifère nous fait voir l’insomnie comme un phénomène que l’on ne peut pas contrôler (alors que c’est dans la tête !), ce qui nuit à l’estime de soi…

Effets néfastes

Alors là c’est la foire. Etant donné que les somnifères sont des jelly beans version médicament, je pourrais dresser une liste inutilement longue de ce que leur utilisation peut provoquer. Mais je ne vais pas le faire car ça serait ennuyeux pour vous et moi. (Ceux qui veulent en savoir plus peuvent toujours se procurer le livre susmentionné ou faire des recherches)

Les anxiolytiques

Une grande famille de somnifères sont les anxiolytiques (ou benzodiazépines), qui ne sont donc pas des somnifères à proprement parler pour commencer (ce sont des anxiolytiques). Cette imposture a, comme on s’y attend, des raisons économiques : pour un fabriquant, faire passer les tests nécessaires à la validation d’un médicament comme somnifère coûte cher. Donc il ne paie pas et les médecins prescrivent des anxiolytiques comme somnifères.

Ensuite, les anxiolytiques t’endorment en brouillant ton cerveau et tes pensées, ce qui fait que si tu te réveilles la nuit, tu ne vas pas t’en rendre compte ni t’en rappeler. Ainsi, même si ton sommeil sera en réalité de piètre qualité, tu auras l’impression de bien dormir et cela t’encouragera à continuer d’en consommer.

Comme tu peux le constater, certains anxiolytiques ont une durée d’effet dépassant celle d’une nuit. Par conséquent, tu peux avoir le cerveau qui reste brouillé jusqu’au lendemain (risque accru si le médicament est ingéré tardivement). Et des études on montré que la diminution des capacités que cela entraîne est plus importante que celle lié à une mauvaise nuit.

Pour finir en beauté, les anxiolytiques peuvent provoquer une addiction et sont classées substances vénéneuses et stupéfiant (Wikipédia).

Si jamais tu serais consommateur d’anxiolytiques, je te conseille de diminuer les doses progressivement plutôt que d’arrêter brutalement, ce qui pourrait causer un effet rebond. Et cela renforcerait la croyance que tu as besoin de somnifères pour trouver le sommeil en plus de te rendre plus anxieux à propos du fait de ne pas t’assoupir.

Cocktail de somnifères ?

Je pose un petit paragraphe car bien que la consommation d’anxiolytiques n’aide pas réellement à guérir l’insomnie, elle ne vous fait pas courir de très grand risque (contrairement à la consommation de barbituriques, l’ancêtre des anxiolytiques qui a tué Marilyn Monroe). En revanche, mélanger un somnifère avec d’autres médicaments ou drogues est d’une dangerosité incommensurable. Littéralement, car on en sait peu sur les conséquences liées à ce genre de pratiques. Par exemple, coupler alcool et anxiolytiques met votre vie en péril (ça c’est plutôt certain par contre).

La mélatonine

Soi-disant “solution” attrayante car propose de nous guérir avec une de nos hormones. D’aucuns disent donc qu’elle serait “naturelle” mais même si l’hormone est bien produite par notre cerveau, en injecter dans son corps depuis l’extérieur n’a rien de naturel. Le cerveau en sécrète naturellement en réponse à l’absence de lumière, vous pouvez donc augmenter naturellement votre taux de mélatonine en veillant à dormir dans un endroit parfaitement obscur.

Au sujet de la mélatonine, il y a comme souvent un décalage conséquent entre la réalité scientifique et la communication faite à son propos. On connaît peu les effets secondaires de la mélatonine synthétique. Il semblerait qu’elle dégrade la fertilité et le système immunitaire mais on ignore jusqu’à quel point et rien n’a montré qu’elle améliore le sommeil.

Somnifère sans ordonnace

Ces médicaments sont pour la plupart des antihistaminiques (le livre cite Sominex, Unisom, Sleep-Eze, Nytol, Tylenom PM, Bufferin Nitetime, Anacin PM et Excedrin PM comme exemples). Et il faut savoir que les antihistaminiques servent à traiter des réactions allergiques et leur prétendue utilité en tant que somnifère n’est rien de plus qu’un effet secondaire de “somnolence diurne”(Wikipédia). Constatez simplement à quel point nous sommes loin de l’efficacité prouvée scientifiquement.

Ce cas de figure sera mon argument final pour que tu te méfies des somnifères et évites de dépenser ton argent et ta santé aléatoirement.

Conclusion

Que tu en consommes ou pas, j’espère t’avoir convaincu que les somnifères ne sont pas la bonne solution. Je t’invite donc à ne jamais y toucher ou à arrêter progressivement. A la place, je vais te proposer dans des articles ultérieurs des méthodes pour combattre l’insomnie en agissant soi-même sur son corps.

La bise :*

You Can Put Sleeping Pills to Rest – Permanently

Gregg D. Jacobs

2 comments on “Somnifère, comment vivre l’enfer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *