Qui suis-je ?

Mes débuts sportifs

Je commence le karaté à 7 ans, selon ma propre initiative, après un an de basket. En cherchant dans ma mémoire, je pense avoir choisi le karaté car j’avais été fasciné par la possibilité de pouvoir devenir fort. Oui, à 7 ans, mais de façon inconsciente. Je passais de bons moments mais je n’étais bien sûr pas le meilleur de mon club, et j’avais même l’impression d’exister dans l’ombre des meilleurs. Je voyais des gens rejoindre le club après moi et me dépasser en grade alors que j’y mettais de la bonne volonté…

Ma motivation baissait petit à petit et je commençait à me lasser. Au bout de 3 ans de pratique environ, je change de club suite à un déménagement, je pratique un an autre part avec une bonne ambiance, mais les professeurs changent l’année suivante. Mes nouveaux maîtres avaient un fort caractère, étaient plutôt sévères mais surtout moins amicaux que ceux que j’avais connu jusqu’ici.

Timide comme je l’étais, je décide d’arrêter, j’étais alors ceinture bleue et vraisemblablement en classe de 5e. Le karaté aura m’aura apporté deux choses positives : une petite immersion dans la culture japonaise et une souplesse au-delà de la moyenne.

moi à 8 ans chaud
attention je suis balèze

Je commence le tennis de table, puis, en troisième, après avoir vu Undisputed 3, je suis re-gonflé à bloc et je commence la Taekwondo. Cette fois-ci, les choses se passent très bien, ma bonne souplesse (par rapport à quelqu’un qui n’aurait jamais pratiqué) et ma motivation me permettent de progresser rapidement. Au bout de trois ans, je finis par atteindre un plateau. Je ne séchais aucun cours mais je ne pratiquais pas non plus en dehors des séances.

Du coup je commence à me lasser, et à me fatiguer car en parallèle, je continuais le tennis de table, et surtout faisait de la musculation tous les soirs chez moi avec mes propres haltères (même les soirs de taekwondo !). Mais je n’ai rien lâché (sauf le tennis de table) jusqu’en fin de terminale où je suis ceinture rouge (dernière ceinture avant la noire). Cependant, un choc arrive dans ma vie : les études supérieures.

Les études supérieures

Première année

Le bac en poche, je suis inscrit dans une école d’ingénieur à Lyon, or j’ai toujours vécu en banlieue parisienne (Hauts-de-Seine). Je commence donc à vivre dans une ville différente, non plus avec mes parents mais en colocation avec un inconnu et surtout avec un rythme de travail plus exigeant, ce qui me déstabilise beaucoup. Et mon intention en amont de peut-être poursuivre le Taekwondo à Lyon part en fumée.

Les mois passent, je m’habitue et, lors des dernières vacances avant les partiels de fin d’année, je tombe sur un montage de films d’arts martiaux avec Jean-Claude Van Damme qui provoque, pour la troisième fois, l’étincelle en moi, je me remet donc à l’entraînement, en solitaire mais plus déterminé que jamais. Je cherche par moi-même des conseils sportifs dans les livres et sur Internet, et, je ré-atteins mon meilleur niveau (qui s’était estompé au bout d’un peu plus d’un semestre d’inactivité) en quelques semaines, et le dépasse en quelques mois.

C’est à ce moment, que dans ma chambre d’étudiant, je réalise mon premier grand écart pendant une pause midi (en faisant semblant de réviser sur la photo pour frimer car j’avais une interrogation juste après).

Deuxième année

Elle n’a pas encore commencé. Mais aussi rude qu’elle puisse être, elle le sera moins que la première, je me permet donc quelques attentes, à savoir, profiter de la salle de sport qui est sur le campus et participer aux compétitions universitaires de Taekwondo. Je n’ai jamais combattu en compétition jusqu’à présent (mais déjà en club), et c’est une expérience que j’aimerais tenter du point de vue des émotions que cela peut procurer et qui pourrait également apporter du sens à ma démarche d’entraînement solitaire.boards don't hit back - Bruce Lee

Je compte bien évidemment continuer quoi qu’il arrive de m’entraîner et de perfectionner ma méthode pour m’entraîner 6 jours par semaine en parallèle des cours et des examens, et vous la partager un jour.

Ce blog

L’expérience lucaruga est née sur mon compte instagram, avec mon premier grand écart.

Ce que j’apporte

JCVD est aujourd’hui mon modèle, car étant un simple être humain comme nous, avec ses qualités et ses défauts, il parle français et a su réaliser son rêve grâce à sa force mentale et le soutien de ceux qui croyaient en lui. Et dans ses nombreux passages télévisés, que je connais, je dois l’avouer, mieux que ses films (mais je suis en train de rattraper ça ;), il parle avec une sincérité aussi rare que précieuse de nos jours. Ces simples éléments font de lui une personne magnifique à mes yeux. C’est pourquoi je souhaite aujourd’hui le rencontrer.

jcvd fusil d'assault

Je compte pour cela utiliser la voie des arts martiaux, et ce blog est ici pour me donner de la visibilité mais surtout, vous partager tout ce que m’apprendra (techniquement,  spirituellement) cette quête folle mais que je poursuis chaque jour. Ceux qui sont sur le même chemin que moi trouveront des conseils (qui leur serviront je l’espère), ou bien de la motivation car c’est contagieux.

Dans la ligne de la sincérité, je veux vous transmettre mon expérience de la façon la plus humaine possible, je parlerai donc des hauts, mais aussi des bas (en essayant de finir sur une note optimiste car on est dans les ondes positives tout de même), ce qui n’était pas aisé sur instagram par ailleurs.

Les moyens que j’utilise

Ce blog est avant tout pour moi une source de plaisir car je parle ma passion, de plus il me pousse souvent à approfondir ce dont je parle, donc double gain.

Cependant, soyons honnête, tout le monde veut vivre de sa passion, et je ne vous cache pas que ce blog est également pour moi, un pas dirigé vers cet objectif. Mais l’argent que je gagne sera prioritairement réinvesti dans ce blog(hébergment, caméra, cyber-protection, etc.).

Désactiver Adblock permet donc de me soutenir gratuitement, également, utiliser les liens affiliés amazon que je met dans mes articles lors d’un achat, me fait gagner une légère somme et le prix est le même pour vous que sans affiliation.

Amazon et la publicité sont loin d’être les plus belles causes pour lesquelles travailler dans ce monde mais je n’ai que ça pour l’instant. Néanmoins sachez que si les choses vont bien pour moi j’essaierai de développer mes propres produits(court/long-métrages d’action ? méthode de grand écart ?) en y mettant la qualité maximale bien entendu. Afin de fonder un commerce sain et de redorer le blason de la France à l’international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *