En finir avec l’onanisme : ma résolution des 19 ans

onanisme 19ans

Eh voilà, d’entrée de jeu, je t’agresse avec un mot barbare “onanisme”. Mot qui marque le début d’un nouvel article béton, et un peu sale (pardon mesdames), tu es prévenu. Mais cet article a son importance, je t’invite donc à le lire scrupuleusement car tu as énormément à y gagner.

Alors qu’est-ce donc que l’onanisme ? Réponse très simple : la masturbation, mais je n’aime pas le mot, devenu banal alors qu’il a toujours eu une mauvaise connotation à mon oreille (je vais donc dire onanisme). Ça te laisse entrevoir l’intensité avec laquelle je vais remettre les points sur les i dans cet article.

L’onanisme, bien ou pas ?

opinion tranchée goemon ishikawa
opinion tranchée mdr

Pendant (trop) longtemps, cette pratique me semblait complètement inoffensive car “naturelle” et devenue assez peu taboue dans les cercles sociaux masculins (notamment bande de potes et forums jvc). Mais en y repensant, est-ce que l’onanisme est parfaitement anodin à ton avis ? Pose-toi bien la question car je t’attends au tournant avec une opinion très tranchée (prépare-toi).

Ne ressens-tu pas de honte après t’être vidé ? Si oui pourquoi ? Pour ma part je ressentais la honte, mais je ne me demandais pas pourquoi, je continuais à céder tout simplement à une pulsion qui me paraissait être un plaisir gratuit. A mon avis, la honte est tout simplement celle d’être un branleur, littéralement un gars qui a en lui l’énergie de conquérir le monde et qui l’envoie au fond d’un mouchoir. On a honte de se déposséder de nos forces vitales à cause d’une excitation incontrôlée.

Comme tu viens de le lire, la semence qui est dans ton corps est une énergie très précieuse. Je ne peux pas te le démontrer avec des formules de chimie car je n’ai pas fait de SVT depuis la seconde mais dans le fond il n’y en a pas besoin, le bon sens suffit. Voici un argument : une astuce répandu chez les hommes pour s’endormir est de se faire une partie d’onanisme avant de se coucher. Et cela marche car la perte d’énergie occasionnée induit une fatigue supplémentaire qui accroît les chances de s’endormir.

Grosso-modo, l’onanisme quotidien, c’est comme donner son sang tous les jours, j’espère que tu commences à visualiser le handicap. De plus, le fait de ressentir un affaiblissement généralisé après avoir éjaculé montre bien que la semence n’est pas qu’un abject jus de testicule qui ne serait là que pour être éjecté. Si je ne t’ai pas convaincu, crois-moi au moins jusqu’à preuve du contraire quand je te dis qu’arrêter la masturbation te fera du bien. Et tu seras convaincu par le bien-être impressionnant qui s’offrira à toi.

Comment j’ai eu l’idée d’arrêter ?

Mes premiers questionnements de l’onanisme remontent à la seconde, où j’avais lu sur Internet des choses positives sur l’abstinence, que ça rendrait plus gros plus musclé, plus séduisant, etc. J’en ai donc parlé à mes amis avec qui on a essayé de tenir une semaine. Mais ce n’est pas allé plus loin. Ignorant toujours les effets destructeurs de l’onanisme, j’ai malheureusement quitté l’abstinence.

L’histoire reprend quand je suis en première année d’école d’ingénieur (après la terminale donc) où j’entends cette fois uniquement du mal sur le fait de gâcher sa semence (toujours en traînant sur Internet). Cette vidéo résume bien ce qui m’a mis la puce à l’oreille. Libre à vous de la prendre au sérieux ou non, moi je n’en pense rien, elle a juste fait naître en moi le questionnement sur ladite gratuité de l’onanisme. Je creuse, je creuse, et je tombe sur le subreddit “nofap” où les infos sont déjà plus concrètes et les témoignages sur les bienfaits de l’abstinence sont intéressants. En parallèle, je commence à réessayer gentiment en baissant mon rythme à un onanisme par semaine durant juillet et août 2019 puis je passe à un rythme encore plus bas (un à deux onanismes par mois) avec ma rentrée qui rend mes journées beaucoup plus occupées (ce qui me fait oublier la tentation).

Avec deux semaines d’abstinence, je me sentais clairement bien mieux, je me sentais plus confiant, plus positif et rempli d’énergie, au point où c’en était bluffant ! Il se peut même que ça ait m’ait aidé à prendre un peu de muscle ces derniers temps. Enfin, les filles me regardent mieux. Mythe, réalité, placebo, film que je me fais, je ne peux rien dire dont je sois sûr. Mais si je n’écoute que mon intuition, le lien est évident. Tente l’expérience et tu verras.

En fait je suis très sérieux, les femmes ont des capteurs aux rayons X qui leurs permettent de voir si vos couilles sont remplies ou non. La preuve en vidéo

Conclusion

ceinture chasteté onanisme
Un partenariat en préparation

Il est grand temps que je rattrape le temps perdu. Comme vous l’avez compris, j’ai pris la décision d’arrêter l’onanisme à vie depuis le 21 octobre 2019 (mes 19 ans) car je n’ai plus de raisons de le faire. Après avoir ressenti les bienfaits de l’abstinence, la tentation de replonger ne fait que s’amenuiser. Mon énergie vitale va enfin arrêter de coûter en sopalin et en estime de soi et être mise à profit pour me transformer en machine de guerre aware.

Je suis en train de lire un livre sur le sujet et c’est d’un intérêt fou. Je risque de revenir avec des arguments plus solides. Préparez-vous ça va pas être doux

N’hésitez pas à commenter pour que je reste motivé et inspiré à vous écrire des articles aware de qualité croissante <3 Inscris-toi à la newsletter pour ne rien louper (promis je vous envoie un mail si jamais je craque)jcvd jean claude van damme aware

6 comments on “En finir avec l’onanisme : ma résolution des 19 ans

  1. Intéressante réflexion.
    Je voulais juste ajouter que certaines personnes voient la masturbation comme un entraînement avant les parties de jambe en l’air, un moment où l’on apprend à se connaître et à se contrôler.

    1. C’est une piste intéressante (mais pas ad-friendly malheureusement). Mon avis sur la question est que oui, on peut s’entraîner en solo en se masturbant consciemment ce qui peut être positif car ça se fait a priori en utilisant l’imagination pour se stimuler et cela ne nécessite pas d’aller jusqu’à l’orgasme (ce qui évite la majorité des dégâts).

      1. Mouais mouais, pas trop convaincue 🤔 se branler ça fait des muscles aussi, c’est pas comme si ca t’empêchait d’avoir de plus gros biceps 💪🏻 Et puis le truc du regard des filles c’est dans la tête!
        Je te souhaite bonne chance vers ce chemin obscure et sec….😟

        1. Ouais je comprends que ça paraisse pas évident, je reconnais clairement que je n’ai pas de preuve accablante qui montre que la masturbation c’est pas bien. J’ai moi-même été sceptique de la seconde jusqu’à maintenant. Mais tenter l’expérience m’a vraiment bien réussi, et seulement à partir de là, je me suis mis d’un coup à comprendre tous les témoignages sur le sujet. Du coup, le but de cet article n’est pas vraiment de convaincre tout le monde ou de poser un truc objectif, juste donner un peu mon cheminement de pensée et pousser d’autres gens à essayer en espérant que ça soit aussi bénéfique pour eux que ça l’a été pour moi. Car après tout, l’expérience n’a rien de dangereux et est peu répandue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *