Bloodsport|Le premier succès de Jean-Claude Van Damme

bloodsport jean claude van damme

Voici mon article sur “Bloodsport, tous les coups sont permis”, sorti en 1988, premier succès de Jean-Claude Van Damme dans sa carrière d’acteur aux USA.

Bloodsport : Synopsis

Jean-Claude Van Damme incarne le soldat américain Frank Dux. Homme qui dans sa jeunesse, s’était infiltré dans la maison d’un maître japonais, Senzo Tanaka dit “Le Tigre” pour voler un katana, mais rattrapé par la conscience de la mauvaise action qu’il commet, décide de finalement le laisser. Il se fait alors surprendre par M. Tanaka qui impressionné par son courage et son intégrité accepte de l’entraîner.

C’est comme ça que Frank Dux devient expert en arts martiaux. Il part à Hong Kong pour participer au “Kumite”, un tournoi d’arts martiaux ou tous les coups sont permis. Frank déserte l’armée pour s’y rendre car il veut à tout prix défendre l’honneur de son shidoshi en sortant vainqueur du tournoi.

Les combattants

Comme le dit mon père, le scénario de ce genre de films tient sur un timbre de poste. J’en ai déjà trop dit, on passe aux choses intéressantes

Frank Dux

Bon on commence par le plus évident, Frank Dux joué par JCVD nous offre les plus belles acrobaties du film, un bon profil musculaire, beaucoup de pépites et rétame bien entendu l’ensemble du kumite avec allégresse.

Pumola

Un combattant au style sumo, prometteur mais qui après s’être pris un toucher mortel dans le ventre s’est fait briser les noix par JCVD. Difficile de s’en remettre, mais combattre en jupe, c’était provoquer le destin.

dux pumola bloodsport

Une petite mention tout de même pour les services d’ostéopathie qu’il a rendu à ses précédents adversaires

pumola dos

Ricardo Morra

Le cliché raciste du film : un noir qui se bat comme un singe. C’est aussi violent que tout les coups du film réuni. En dehors de ça, il a remporté un combat et reste malgré tout un des combattants avec le plus de style du tournoi (on ne l’oublie pas après avoir vu le film). Il finit néanmoins “massé” par Pumola.

Ray Jackson

Américain cliché cette fois-ci, une brute aussi grasse que beauf. Ray se bat comme un orc de la terre du milieu mais sans la force disproportionnée. Il se fait donc ratatiner aussi bien en combat réel que sur Karate Champ face à Dux. Ce qui nous laisse avec la déception de ne pas l’avoir vu affronter Pumola et la certitude que son seul intérêt dans le film est d’être le compagnon américain de Dux.

ray jackson bloodsport

Chong Li

Le meilleur pour la fin, dans les rôle du méchant, mesdames et messieurs, Chong Li. Véritable sadique qui ne parle qu’en punchlines et qui n’apparaît à la caméra que pour commettre des meurtres, exploser des blocs de glace et faire des mimiques arrogantes.

chong li you are next bloodsport

J’ai récupéré pour votre culture l’ensemble de son script qui soit dit en passant n’a pas dû demander de gros efforts de mémorisation à Bolo Yeung :

“You are next”
“You break my record, now I break you, like I break your friend”
“Very good but brick not hit back”

Il bat Ray Jackson et lui prend son bandana Harley Davidson (visible ornant le front de Ray sur l’image ci-dessus) pour l’attacher à son genoux et mettre en emphase son invincibilité tout en provoquant Dux. Ce faisant, il se voit décerné le titre de combattant ayant le plus de style.

Pour l’anecdote, la phrase que j’ai noté en dernier dans son script est une référence évidente au film Opération Dragon de Bruce Lee ami avec qui Bolo Yeung a fait ses débuts d’acteur.

Bloodsport, un film épique

Vous avez jusqu’à maintenant observé une partie de la variété des combattants du kumite qui sont pas moins de 30 au total. Mais n’oubliez pas qu’il ne s’agit là que de la moitié du film qui dispose de bien d’autres moments aussi épiques que cultes. Et je vais me faire la plaisir de vous en montrer quelques-uns ici même.

Voici, pour commencer, une technique assez atypique d’assouplissement qui, bien qu’elle forme des champions du kumite, semble inspirée par certaines pratiques indélicates de notre Moyen-Âge :

Continuons par l’idée qui m’a le plus marqué de tout le film, celle du “dim mak” dit “le toucher mortel”. Visionnage avant explications :

Eh oui, JCVD ne casse ici que la dernière brique, ce qui montre qu’il maître son chi à la perfection et possède ainsi la capacité de dicter aux molécules ce qu’elles doivent faire. Enfin, vous vous en doutiez mais Bloodsport possède son lot de grand écarts, plus épiques les uns que les autres.

jean claude van damme grand ecart bloodsport

Bloodsport : histoire vraie ?

Le générique de fin du film commence par la mention que Frank Dux, l’expert ninja de l’armée américaine que Van Damme incarne a réellement existé et effectué toutes ces prouesses. Dont un KO en 12 secondes. Je me suis un peu penché sur le sujet et sa page wikipédia en anglais donne de bonnes raisons de croire que M. Dux est un clown mythomane. Tandis que le wiki en français donne le lien vers une interview de Sheldon Lettich, scénariste de Bloodsport dans laquelle il confie avoir connu Frank Dux, et constaté que le quidam est un rêveur qui ne raconte que du baratin.

En outre, Frank Dux a attaqué Jean-Claude Van Damme en justice pour réclamer des droits d’auteur pour le film The Quest plaidant qu’ils auraient écrit le scénario à deux. Mais le juge conclut l’affaire en affirmant que le témoignage de Dux est “moins que crédible”. Ce dernier expliquait en effet que la cassette sur laquelle l’accord de JCVD pour cette affaire était enregistré a été perdue lors du séisme de 1994 à Northridge. Pas de chance…

Je ne connais ni Dux ni JCVD personnellement et j’ignore où est la vérité dans cette histoire (je me suis basé sur Wikipedia), mais faire ces recherches et constater les fanfaronnades de Dux sur d’autres sujets m’a beaucoup amusé car Internet n’y va pas par le dos de la cuillère pour le démythifier, on parle de “Full Mental Jacket” (car il semblerait qu’il n’ait pas non plus appartenu à l’armée américaine).

Mais il y a une leçon importante à tirer de tout ça. Dans notre société où il est possible de survivre individuellement, on néglige parfois son image extérieure. Ce qui n’est pas si grave en soi, mais je vous encourage (ainsi que moi-même) à adopter un comportement digne. Afin que l’honneur, point clé du scénario de Bloodsport, soit présent autour de nous.

Acheter le film en me soutenantEtre aware

Bonne soirée !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *